Apprentissages adultes

Formation sur l’Andragogie

 

Le dimanche 28 avril avait lieu la formation organisée par l’association Anaouat, auprès d’enseignant/es marocain/es à propos du sujet de l’andragogie. L’andragogie désigne le fait d’enseigner à destination d’un public adulte. Il s’oppose donc au terme « pédagogie », qui concerne l’enseignement envers les enfants.

Déroulement de la formation :

  • Amina Byouz, la Présidente d’Anaouat présente le programme de la journée
  • Présentation, accompagnée de jeux, avec Mahommed Barakat : Chef de service à la direction de l’enseignement
  • Intervention d’Amina Byouz, également appuyée par un jeu
  • Elocution de la part de Khalid Douki : Délégué provincial de l’ANLCA (Agence Nationale de Lutte Contre l’Analphabétisme)

 

Avec 796 millions de femmes analphabètes concernant seulement le Monde Arabe, les associations offrant des services d’enseignements auprès des adultes sont présentes sur le territoire marocain.

L’enseignement est un art, cependant il diffère fortement selon l’audience. Le comportement à adopter ne sera pas le même avec une classe composée d’enfants et une classe composée d’adultes. Cette formation répondait aux problématiques rencontrées de la part des animateurs/trices lors de leurs cours d’apprentissage auprès du public adulte.

Mohammed Barakat a exposé quelques anecdotes personnelles afin de mettre en avant l’importance de l’expérience vécue de la part des apprenant/es et sa dimension considérable dans le cadre de l’enseignement. En effet, l’expérience personnelle varie d’une personne à l’autre et il est important et enrichissant pour toutes les parties concernées, de savoir le prendre en compte.

Le chef de service a fait le choix d’inclure des exemples imagés dans sa présentation afin de rendre le sujet concret et dynamique. Les participant/es ont donc été invité à une activité. Deux photos leur étaient présentées : la première illustré un panneau de direction illisible pour des personnes ne connaissant par l’alphabet utilisé (ni arabe, ni latin). La deuxième illustration était un panneau de direction « lisible », écrit en arabe et français.

Les participant/es de la formation devait alors verbaliser et écrire les émotions ressenties face à la première photo puis face à la deuxième.

Voici les résultats :

Photo 1 : « illisible » Photo 2 « lisible »
·         Honteux[1]

·         Triste

·         Sentiment de faiblesse

·         Incompréhension

·         Sentiment d’infériorité

·         Ignorance

·         Perte de temps

·         Malheur

·         Sentiment d’être démuni/e

·         Relax

·         Espoir

·         Sentiment d’être cultivé/e

·         Confiance en soi

·         A l’aise avec la situation

·         Fierté

·         Sur la bonne voie

·         Soulagement

 

L’activité suivante était de ranger des thermes, les sentiments dictés par Mohammed Barakat selon deux catégories correspondantes : alphabète et analphabète.

Voici les résultats :

Alphabète Analphabète
·         Pouvoir

·         Compréhension

·         Joie

·         Confiance

·         Fierté

·         Espoir

·         Sécurité

·         Développement

·         Se sentir diminué[2]

·         Stress

·         Incapacité

·         Ignorance

·         Manque

·         Echec

·         Déranger

·         Désespérance

·         Fierté

·         Se sentir perturbé

 

  • Chaque personne est unique et différente et ressent donc des émotions différentes dans une même situation donnée.

La moralité est que le sentiment de dignité et de vivre avec dignité est un sentiment qui devrait être à la portée de chacun. C’est également un sentiment ressenti autant par des personnes alphabètes qu’analphabètes.

La troisième activité proposée par le Chef de la Direction de l’Enseignement concerné les différences que nous pouvons trouver entre l’andragogie et la pédagogie.

Voici le résultat en tableau :

Pédagogie Andragogie
·         Motivation

·         Punitions : châtiments corporels

·         Feuille blanche (liberté totale des enfants)

·         Apprendre des notions sans en comprendre l’utilité

·         L’enfant est en train de se créer des expériences : + de confiance accordé à l’instituteur/trice

·         Il y a un « bâton »

·         Motivation

·         Pas de punition mises en place

·         Besoin de comprendre l’utilité pour apprendre

·         Indépendant

·         Tout dépend de l’intérêt de l’apprenant/e

 

 

·         Il faut une « carotte »

Les caractéristiques des animateurs/trices qui enseignent auprès d’un public adulte sont : la bonne écoute, la patience, la confiance en soi, un talent d’orateur/trice, savoir user de la communication, la tolérance, la ponctualité, la présence et savoir gérer son temps de parole. Assurer la participation des bénéficiaires et savoir être neutre ainsi que juste.

  • Si le respect et la confiance sont instaurés au sein du groupe de classe, cela favorise le succès de chacun : les apprenant/es et enseignant/es.

Vint la présentation d’Amina Byouz, Présidente de l’association Anaouat. Elle commence par lancer une activité mettant en scène les participant/es de la formation et des chaises. Le groupe est séparé en 3. Amina donne des consignes différentes aux 3 groupes sans qu’ils le sachent. Le premier doit mettre toutes les assises des chaises face à la porte d’entrée, le deuxième doit placer toutes les chaises sur leur tranche, le troisième doit positionner toutes les chaises en binôme.

Chaque groupe commence sa mission et ne comprend pas pourquoi les autres groupes ne font pas la même chose. C’est alors qu’Amina conseille à l’assemblée de communiquer entre eux/elles. La clef est la communication.

Résultat de l’activité : les participant/es n’ont pas réussi à trouver de solution afin que les 3 groupes aient remplis leurs objectifs.

Moralité : La communication est importante, chaque partie prenante d’une relation enseignant/e – apprenant/e a des objectifs différents, des envies, des expériences, etc. Seule la communication aide à débloquer les impasses et passer au-dessus des obstacles.

 

Après l’activité, Amina a repris son élocution et axe son discours sur la différence entre la communication verbale et non-verbale mais surtout sur leurs importances respectives.

Pour finir, la présentation de Khalid Douki, le Délégué provincial de l’ANLCA, fût la dernière intervention.

Monsieur Douki a présenté plusieurs points importants concernant l’alphabétisme, entre ses principes personnels et des faits sociétaux :

  • La communication au sein des classes favorise les relations humaines entre l’enseignant/e et l’apprenant/e
  • L’amitié ne doit pas exister entre l’enseignant/e et l’apprenant/e. Uniquement la relation humaine prône
  • Le Maroc doit continuer sa progression quant à la lutte contre l’analphabétisme et cela viendra directement aider la promotion des droits des Femmes
  • Le ton de voix entrepris dans la relation enseignant/e-apprenant/e est très important
  • Les mécanismes de communication au sein du département doivent être communiqués à travers un langage et des concepts compréhensibles pour les bénéficiaires
  • L’enseignant/e se doit d’aborder un comportement égal envers tous les apprenant/es
  • L’enseignant/e fait office d’exemple pour les apprenant/es
  • Lorsqu’il y a un conflit, l’enseignant/e et l’apprenant/e doivent communiquer entre eux/elles afin de régler ce différent
  • L’objectif premier de l’alphabétisation est de donner des connaissances afin d’acquérir des compétences tout au long de la vie.

 

Suite à l’activité de ce 28 avril, les animateus/trices ont créé un groupe Whatsapp afin d’échanger autour de ce sujet, de discuter ensemble sur les différentes problématiques auxquelles ils/elles pourraient être confronté/es.

Remerciements envers l’association Anaouat et Amina Byouz, la Présidente, pour l’investissement et les compétences partagées lors de cet atelier. Les participant/es et intervenant/es souhaitent qu’une deuxième édition soit effectuée.

 

[1] Les termes en gras sont ceux qui ont le plus été utilisé de la part des particpant/es

[2] Les sentiments en gras sont des sentiments qui peuvent également être ressenti de la part des alphabètes. Exemple avec ignorance : une personne alphabète ne connaît pas toutes les langues du monde. Elle est donc ignorante sur certains sujets malgré qu’elle sache lire et écrire la langue de son pays.